Conférence des Jeunes PAMINA Protection du climat

Conférence des Jeunes PAMINA Protection du climat

Du 13 Novembre 2020 au 14 Novembre 2020
La protection du climat : c'est maintenant, c'est transfrontalier, c'est ensemble  

Le changement du climat ne s'arrête pas à la frontière - par conséquent, la protection du climat doit également se faire au-delà des frontières. Sous la devise #paminapourleclimat et cofinancé par l'Union européenne (micro-projet INTERREG V A Rhin supérieur), le GECT Eurodistrict PAMINA a organisé les 13 et 14 novembre 2020 la première « Conférence des jeunes PAMINA Protection du climat » - entièrement en ligne au vu de la situation actuelle. 34 participants alsaciens, badois et palatins ont non seulement établi conjointement un catalogue de leurs revendications à l'adresse des élus, des entreprises et des citoyens, mais aussi une liste d'actions pour le Challenge-Climat-PAMINA afin d'apporter une contribution concrète à la protection du climat.

     
La protection du climat - un défi pour les citoyens, les élus et les entreprises

Les participants à l'âge moyen de 18 ans ont travaillé dans les trois domaines thématiques « mobilité », « agriculture & alimentation » et « habitat & modes de vie » dans des groupes mixtes par nationalité et avec le soutien de coaches expérimentés tels qu'un agriculteur biologique, une responsable municipale de la protection du climat ou des experts en mobilité.

Il en est résulté une longue liste de revendications, dont certaines, comme la demande de construire davantage de chemins pédestres, de pistes cyclables et de points d'arrêt pour les transports publics, s'adressent aux élus, tandis que d'autres, comme la revendication de faire plus attention à la durabilité des produits lors de la production voire de l'achat, s'adressent avant tout aux entreprises, mais aussi aux citoyens.

Le Challenge-Climat-PAMINA

Outre ce catalogue de revendications, 16 actions pour le Challenge-Climat-PAMINA sont le résultat de deux jours d'échange et de travail commun, qui ne représentent en même temps que le début de l'engagement commun. Dans un deuxième temps, les actions pourront être mises en oeuvre, non seulement par les participants de la conférence mais par tous les citoyens de l'espace PAMINA.
 

      Ne pas utiliser la voiture pendant une semaine ou acheter auprès des petits agriculteurs ou bouchers locaux : le club de sport, la classe ou l'individu qui réalise une telle action, pourra la soumettre sur le site web du GECT Eurodistrict PAMINA entre le 1er décembre 2020 et le 9 mai 2021 et ainsi gagner des points pour sa commune. Les communes de l'Alsace du Nord, du Palatinat du Sud et du pays de Bade, qui auront collecté le plus de points en date de la Journée de l'Europe seront identifiés comme les trois Communes-climat PAMINA. Et les personnes qui mettent en oeuvre les actions peuvent également avec un peu de chance gagner de petits prix (respectueux du climat - bien sûr).
 

Le catalogue de revendications complet, ainsi que la liste des actions et des informations complémentaires pour le Challenge-Climat-PAMINA, seront disponibles prochainement ici.

 

Un grand succès malgré le format numérique
Rémi Bertrand, président du GECT Eurodistrict PAMINA, a salué l'engagement des élèves, étudiants, membres des conseils des jeunes et des volontaires : « La protection du climat nous concerne tous et ne peut être réalisée qu'ensemble - en particulier dans notre région frontalière PAMINA. On ne soulignera donc peut-être jamais assez les efforts et l'engagement communs des jeunes ».

Stéphanie Kochert, membre du Bureau du GECT Eurodistrict PAMINA, s'est réjouie que la manifestation, initialement prévue pour la mi-mai, ait finalement pu avoir lieu malgré les conditions difficiles : « La rencontre et l'échange entre les jeunes français et les jeunes allemands ont été très limités ces derniers mois. Nous avions espéré que les jeunes puissent se rencontrer personnellement sur place pendant la conférence. Cependant, comme cela n'est pas possible pour le moment, le format en ligne a offert une bonne alternative ».

Antoine du Lycée Stanislas Wissembourg a confirmé que le format en ligne était le bon choix : « Dans les petits groupes, même en ligne, un véritable sentiment d'atelier et de collaboration s'est créé et cela m'a fait beaucoup plaisir de rencontrer les allemands et d'échanger avec eux. »
 
Retour